Une culture organisationnelle pour faire émerger la créativité au travail

Dans notre économie des idées et de la connaissance, une forme intensive de créativité est requise par les organisations pour rester compétitives. C’est une réalité qui est ancrée dans plusieurs phénomènes, soit le passage d’une économie primaire à une économie de service, la globalisation qui crée une compétition intensive et qui engendre l’explosion des technologies de l’information ainsi que l’émergence des consommateurs avertis et investis.

Au coeur de cette nouvelle ère, plusieurs théoriciens du management, tel que Florida (2002), observent une tension continue entre une culture de créativité et la structure bureaucratique, balisée et rigide d’un milieu de travail traditionnel.

Pour répondre à cette tension, les organisations n’ont plus le choix d’adopter une culture organisationnelle qui permettra l’émergence d’idées nouvelles et uniques.

Les idées ne surgissent généralement pas dans un moment « Eureka » isolé de tout contexte. Au contraire, la créativité est généralement un processus complexe qui dépend de plusieurs facteurs. En voici quelques-uns.

 

Des sessions de brainstorming efficaces

L’objectif du brainstorming est de regarder un projet sous différentes perspectives et de circuler hors des sentiers battus pour générer des idées nouvelles. Cela étant dit, le brainstorming ne devrait pas mener au chaos pour autant. Structurez vos sessions et regroupant, systématisant et priorisant des idées, en les notant au fur et à mesure et en présentant des exercices ou des jeux.

 

Changer les règles du jeu

Dans un milieu de travail, plusieurs idées originales et différentes sont souvent refoulées. Dans votre prochaine session de brainstorm, tentez le jeu: évitez les mots et expressions comme «mais», «comment pourrions-nous» et «nous ne pouvons pas». Désignez une personne pour s’assurer que ces énoncés soient mis de côté. L’objectif est de permettre aux idées de circuler plus librement.

 

Documenter les nouvelles idées

Que ce soit lors d’une réunion ou simplement dans les échanges entre collègues, il est essentiel de savoir reconnaître les idées créatives et innovantes. Pour ne pas qu’elles soient oubliées, documentez vos sessions de brainstorm et notez les bonnes idées pour pouvoir éventuellement faire le point, avec du recul, sur ce qui représente une avenue intéressante pour l’organisation. Plus ces idées sont encouragées, plus l’équipe se sentira encouragé se s’impliquer.

 

Favorisez l’esprit d’équipe

Lorsque les organisations grandissent, les membres sont plus à risque de ne pas se connaître entre eux. Un environnement de confiance et de coopération est nécessaire pour que l’équipe se parle librement et sans gêne. Le partage d’information, de connaissance et de savoir sont fondamentaux à une culture organisationnelle créative. Les activités de teambuilding, les lunchs en groupe et les pauses café partagées permettent aux équipes de s’apprivoiser et de se connaître.

 

Miser sur la diversité

Une équipe mixte, de domaines différents et de cultures variées aura plus de chance de mettre au défi les préconceptions. En effet, une équipe trop homogène aura tendance à penser de façon similaire et à ne jamais remettre en question leur façon de travailler et de penser.

 

Voir au-delà de la productivité

Dans le contexte compétitif dans lequel nous nous trouvons, ce point peut paraître contre-intuitif. Cependant, les organisations les plus innovantes et créatives de notre époque sont celles qui favorisent et encouragent les pauses mentales, le jeu, l’exercice physique régulier, la méditation et le bien-être. Puisque la créativité nécessite un esprit reposé et sain, il faut se distancer d’une logique de productivité conventionnelle pour, paradoxalement, stimuler la performance à long terme.

 

Célébrer les erreurs

Fail fast, fail often : un mantra qui ne fait pas l’unanimité, car il est souvent incompris et qu’on se représente souvent l’erreur (ou échec) avec une connotation négative. Cependant, une entreprise qui ne fait aucune erreur est une entreprise qui ne prend aucun risque et qui n’innove pas. Certaines organisations contemporaines se font un devoir de célébrer les mauvais coups autant que les bons puisqu’ils représentent une occasion d’apprendre, de réévaluer et de s’ajuster.